Rétinopathie diabétique

Qu’est-ce que la rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique (RD) consiste en une atteinte rétinienne survenant dans le cadre d’un diabète. L’élévation chronique du glucose sanguin contribue à la détérioration des vaisseaux sanguins de la rétine. Il en résulte une perte progressive de la vision, l’évolution de la maladie est lente. Cependant la vision baisse vraiment lorsque la macula est atteinte.

La RD est la première cause de cécité avant 50 ans dans les pays industrialisés. La cécité est la conséquence soit d’un œdème maculaire (10% de la population diabétique), soit des complications de la rétinopathie diabétique proliférante (hémorragie intravitréenne, décollement de rétine, glaucome néovasculaire).

Fond d’œil d’une rétinopathie diabétique non proliférante modérée associée à une maculopathie diabétique oedémateuse.

Les facteurs de risques de survenue ou de progression de la rétinopathie diabétique :

  • Ancienneté du diabète
  • Mauvais équilibre glycémique (hémoglobine glyquée > à 7%)
  • Mauvaise équilibre tensionnel

La maladie est asymptomatique à ses débuts, les troubles de la vision signant fréquemment une atteinte évoluée. La RD évolue en plusieurs stades, avec apparition progressive de petites dilatations vasculaires (microanévrismes), d’hémorragies rétiniennes et, au stade le plus sévère, développement de néovaisseaux (RD proliférante).

Diagnostic et dépistage d’une rétinopathie diabétique

Le diagnostic et le dépistage se font grâce au fond d’œil pouvant être complété par des photos du fond d’œil (caméra non mydriatique). Une angiographie par fluorescence (fond d’œil avec utilisation d’un produit de contraste fluorescent pour mieux voir les vaisseaux sanguins) peut s’avérer nécessaire pour préciser le degré d’ischémie de la rétine. Un examen maculaire par tomographie en cohérence optique (OCT) permet de préciser le degré, la localisation et l’évolution de l’œdème maculaire.

Le fond d’œil fait partie du bilan systématique de tout diabétique et doit être répété annuellement en cas d’absence ou de forme débutante de RD. Dans les stades plus avancés de la maladie, une surveillance plus rapprochée est nécessaire.

Périodes à haut risque, nécessitant une surveillance rapprochée :

  • Puberté et adolescence
  • Grossesse
  • Normalisation rapide de la glycémie
  • Décompensation tensionnelle ou rénale
  • Chirurgie de la cataracte

Traitement

La première étape du traitement de la rétinopathie diabétique est l’équilibration du diabète (Objectif : Hémoglobine glyquée<7%) et de l’hypertension artérielle (Objectif : TA systolique = 130 mm Hg, TA diastolique = 80mm Hg.)

Lorsqu’on arrive au stade préproliférant, ou proliférant, un traitement par laser (Pan Photocoagulation Rétinienne ou PPR) est nécessaire pour inactiver la maladie. Ce traitement, en l’absence d’urgence, est réalisé progressivement à raison de 6 ou 8 séances.

Rétinopathie diabétique traitée par laser : Pan Photocoagulation Rétinienne.

L’œdème maculaire peut être traité par laser et/ou par injection directe dans l’œil d’une substance thérapeutique visant à assécher cet œdème (injection intra vitréenne d’anti-VEGF (Lucentis) ou de cortisone (Triamcinolone).
Certaines complications comme l’hémorragie intra-vitréenne, le décollement de rétine et le glaucome néo-vasculaire nécessitent une intervention chirurgicale.

Décollement de rétine tractionnel compliquant une rétinopathie diabétique proliférante.